La danse ancienne mise en contexte
La danse ancienne mise en contexte

6 critères pour choisir le stage de danse qui vous propulse au sommet !

Quand on vous parle d’apprentissage en danse, vous pensez à des cours réguliers, chaque semaine ou chaque mois. Vous y progressez à votre rythme. Au fil des séances, une routine réconfortante s’installe.

Vous êtes en confiance, entouré(e) d’un groupe d’habitués, avec un professeur que vous connaissez bien… et qui vous connaît bien aussi.

Mais qu’en est-il des stages ponctuels ? Est-ce utile ? Pour qui ? Pourquoi ? Comment choisir le bon stage de danse ?

Stop !

Fini les doutes, voici les réponses que vous cherchez.

Tout d’abord, pour répondre à la question « Faut-il suivre des stages de danse », ma réponse est : oui ! Absolument, oui ! Peu importe votre expérience en danse, vos capacités physiques, votre âge, vos intérêts : vous avez tout à gagner en suivant un stage !

Si vous voulez en savoir plus, cet article est pour vous !

Un parquet de danse
Un parquet de danse (Image: Pixabay)

Avantages des stages de danse

Un stage a trois atouts majeurs :

S’amuser

Au niveau humain, un stage de danse, « je dirais que c’est d’abord des rencontres », comme dirait Edouard Baer.

Les stages brassent des danseurs de tous horizons. Ils sont une occasion de faire connaissance avec d’autres organisations, chorégraphes, danseurs. Et même, de mieux connaître les membres de votre propre groupe. Les stagiaires viennent tous passer un bon moment dans une ambiance conviviale.

Ne sous-estimez pas l’importance du facteur « ambiance ». Si les gens reviennent d’une année à l’autre, c’est pour l’atmosphère. Si le stage est un succès, c’est grâce à elle. Peu importe l’envie de progresser des stagiaires, ils ne reviendront pas s’ils se sont ennuyés. Ni s’ils se sont sentis exclus.

Un stage de danse qui sent bon le vintage
Un cours de danse qui sent bon le vintage (Image: Pixabay)

Apprendre et progresser

Bien sûr, le stage a pour but de « s’améliorer » au sens large. C’est l’endroit idéal pour étendre votre répertoire. Plus vous maîtrisez de danses, moins vous ferez tapisserie au prochain bal. Aussi, en l’absence de cours réguliers près de chez vous, les stages de danse sont une excellente façon de vous former.

Evidemment, vous allez apprendre des pas et des figures, comme dans un cours régulier. Mais pas seulement ! Le formateur aura le temps d’approfondir des points de style, de rythme, de guidage, etc. A vous d’écouter ses remarques pour devenir un meilleur danseur, une meilleure danseuse.

Sachez qu’une façon d’enseigner différente peut vous « débloquer ». En un claquement de doigts, tout s’éclaire et la hey n’a plus de secret pour vous !

Bien sûr, un autre maître à danser que d’habitude, c’est déconcertant. Il aura d’autres habitudes, d’autres façons de faire et de dire les chorégraphies. Voyez cela comme un défi.

Sortez de votre zone de confort.  Boost de confiance en soi garanti à la sortie du stage ! Vous serez impressionné(e) de constater que vous pouvez faire bien plus que ce que vous croyez.

Et si ça ne marche pas comme vous l’espériez, ce n’est pas la fin du monde. Cette expérience vous inspirera et vous rendra plus fort(e).

Si vous enseignez vous-même la danse, analysez comment le chorégraphe explique chaque difficulté. Voyez quels exercices il met en place. Réutilisez ces techniques en classe. Vos talents de pédagogue n’en seront que meilleurs.

Découvrir d’autres styles de danse et d’enseignement

J’adore participer à des stages avec un formateur que je ne connais pas, ou dans un répertoire que je veux essayer, sans être sûre que ça va me plaire.

Les stages sont parfaits pour découvrir de nouveaux styles, sans engagement sur la durée.

Une leçon de danse au début du XIXe siècle.
Une leçon de danse au début du XIXe siècle.
George Cruikshank, The Dancing Lesson, Pt. 1, G. Humphrey, 8 juillet 1822, Londres.

Un stage de danse, est-ce utile pour moi ?

 « C’est bien gentil, mais ce n’est pas pour moi » 

Faux !

Un danseur a tout à gagner à participer à des stages de danse. Vous avez tout à y gagner.

Pour les débutants absolus, un stage d’initiation (adapté à votre niveau, bien sûr) vous permet de découvrir un style de danse particulier, sans aucune pression. C’est l’occasion de rencontrer d’autres personnes partageant vos intérêts tout en apprenant le B.A.-BA des chorégraphies.

Après quelques années de pratique, une session plus intensive qu’un simple cours va réellement vous aider à vous améliorer. C’est également vrai si vous souhaitez vous ouvrir à un autre style.

Pour un danseur confirmé, il faut continuer à élargir vos connaissances. Vous pourrez approfondir votre technique de danse, ou vous mesurer aux chorégraphies les plus complexes.

Pour les maîtres à danser, les stages sont une magnifique occasion d’élargir votre répertoire de danses à ré-enseigner. Vous aussi observerez une autre façon d’enseigner, qui ne peut qu’enrichir la vôtre.

Les critères à prendre en compte pour choisir son stage de danse

Plusieurs critères vous aident à déterminer quel stage vous convient le mieux. Je les liste ici sans aucun ordre particulier.

1. Le répertoire du stage de danse

Vous pouvez choisir d’approfondir le répertoire que vous pratiquez régulièrement en cours et en bal. Vous pouvez aussi voir le stage comme l’occasion de découvrir un répertoire encore inconnu.

Certains stages mêlent plusieurs répertoires, complémentaires ou très différents. Ceux-ci vous permettent de goûter à plusieurs styles.

Un cours de danse à la Belle Époque
Un cours de danse à la Belle Époque
Mimi Pinson, La danse, 20 février 1910.

2. L’enseignant(e)

Le choix du professeur se base principalement sur son expérience et sa pédagogie. Si vous n’avez jamais travaillé avec cette personne, prenez le temps de vous renseigner sur son style d’enseignement.

C’est très bien de vouloir à tout prix le professeur le plus renommé, mais avez-vous besoin d’une star pour vous enseigner les bases de la valse ?

Enfin, « connais-toi toi-même ». Selon votre façon d’apprendre (visuelle, auditive, kinesthésique…), vous serez plus sensible à certaines pédagogies.

3. Le budget

C’est, avouons-le souvent le point qui fait mal. N’oubliez pas qu’aux frais d’inscription au stage s’ajoutent les frais de déplacement, de logement, de restauration.

La durée du stage influence également le budget qu’il faudra lui attribuer.

Vous pouvez protéger votre porte-monnaie en faisant du co-voiturage, en partageant le logement à plusieurs ou même en faisant du camping.

4. Le niveau

Assurez-vous toujours que le niveau vous convienne. Pas la peine de vous inscrire au niveau « Valse avancé » si vous avez encore du mal avec le tempo de cette danse.

Danseurs aguerris et professeurs, sachez qu’il est parfois utile de revoir les bases en suivant un stage annoncé « pour débutants ». Cela vous permettra d’étendre votre répertoire de danses simples, ou de vous concentrer sur une difficulté technique que vous ne maîtrisez pas encore parfaitement. Et même, d’observer une façon différente d’enseigner !

Estimer correctement son niveau peut s’avérer délicat, surtout lorsqu’on a dépassé le niveau « débutant ». En cas de doutes, contactez votre professeur habituel, ou même l’organisateur du stage. Expliquez rapidement votre parcours, et entre quels niveaux vous hésitez. Si vous êtes entre deux niveaux, vous pourrez sans doute choisir. Faites-le selon vos objectifs.

Deux possibilités :

  • Jouer la sécurité et prendre le cours le moins avancé. Attention, le but n’est pas de végéter dans un niveau inférieur. Fixez-vous des objectifs clairs avant le stage, pour vous assurer de progresser.
  • Se lancer un défi et choisir le cours avancé.

Oui ce sera dur. Au lieu de quitter le studio en pleurant – comme ça m’est arrivé souvent au début–, respirez profondément. Concentrez-vous sur un élément à la fois. N’hésitez pas à demander au professeur de ré-expliquer un enchaînement.

Démonstration de la Valse Boston Belle époque
« Démonstration de la Valse Boston. Cours de danse Noël Gardon (…) », Paris,
carte postale datée entre 1880 et 1945 par la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris mais probablement avant 1914.

5. L’intensité du stage

Il existe de nombreuses formules pour les stages. Ils peuvent durer quelques heures ou plusieurs jours. Les stages de plusieurs jours peuvent être intensifs (jusqu’à six heures de danse par jour + soirée) ou plus légers.

Plus le stage est long, plus il sera fatigant et exigeant sur le plan physique et mental. Il s’agit donc d’évaluer objectivement votre forme physique et votre endurance.

Si le stage a lieu après une période de « pause » sans danse, n’oubliez pas de vous remettre en mouvement de manière douce préalablement au stage. Ceci afin d’éviter tout risque de blessure.

6. Vos objectifs

Finalement, le choix dépend également de votre objectif.

Souhaitez-vous élargir votre répertoire ?

Voulez-vous améliorer votre technique ?

Ou cherchez-vous simplement à passer un bon moment en rencontrant de nouvelles personnes ?

Lisez bien le descriptif du stage et comment il est présenté. Vous aurez ainsi une vision claire de ce que vous pourrez retirer de cette expérience. Vous éviterez aussi toute déconvenue.

Le maître de danse et ses élèves.
Le maître de danse et ses élèves.
George Cruikshank, The Dancing Lesson, Pt 2. G. Humphrey, 6 mars 1824, Londres.

Préparation mentale avant le stage de danse

Ça y est, vous avez coché la dernière case de votre liste de matériel : votre sac est prêt pour le stage de danse de vos rêves !

Et vous, êtes-vous prêt(e) ?

L’apprentissage se révèle parfois plus compliqué que prévu.

Une fois sur place, le processus d’apprentissage va être déroutant : nouvel endroit, nouvelles personnes, nouveaux pas… Il se peut que vous vous sentiez submergé(e).

A mon arrivée au stage, l’organisatrice me dit que le niveau moyen est complet. « Je vous ai mise avec les avancés », me dit-elle. Ha… Je souris pour faire bonne figure, mais je n’en mène pas large. Je suis là, dans ce stage de 6 jours, où je ne connais personne, avec tous ces danseurs bien meilleurs que moi et ce prof réputé… Évidemment, je n’arrive pas à suivre. J’ai l’impression que tout le monde me regarde, je me sens nulle… les larmes me montent aux yeux. Je n’arrive plus à me concentrer, et je me sens ridicule.

Vous savez quoi ? C’était moi en 2006. Mais ce stage, j’y suis retournée. Le deuxième jour. Les jours suivants. Et même l’année suivante.

J’ai mis au point quelques astuces pour que ça ne m’arrive plus jamais. Et je les partage généreusement avec vous ! Fini de vous réfugier dans les toilettes pour pleurer. Fini de rentrer chez vous plus tôt, la queue entre les jambes, pour vous enfiler un pot de crème glacée saveur cookie. (Toute ressemblance avec des événements réels n’est pas tout à fait fortuite).

Leçon de danse aux Etats-Unis
Un cours de danse particulier.
Thomas Eakins, The Dancing Lesson, 1878.

Trois conseils pour qui se sent perdu(e) pendant un stage de danse

Voici donc quelques conseils pour tirer le maximum de vote stage et passer un bon moment.

  • « Je ne suis pas seul(e) à patauger ». Regardez les autres. Non, pas ces filles incroyables au premier rang. Les autres, ceux qui sont juste à côté de vous. Ils ont du mal, tout comme vous.
  • « Je me concentre sur une chose à la fois ». Genre, les deux premières mesures. A chaque reprise, essayez de faire une mesure de plus, ou d’améliorer le morceau que vous maîtrisez déjà.
  • « Je demande de l’aide ». En dernier recours, demandez au professeur un éclaircissement. Pas en mode « Je n’ai rien compris, ré-expliquez-moi tout, depuis le début jusqu’au salut final ! ». Déjà, parce que ça ralentit toute la classe. Et puis parce que vous êtes meilleur(e) que ça. Il y a des mouvements que vous avez compris, c’est obligé.

Cet événement est unique, profitez-en. Ce serait dommage de passer à côté parce que vous êtes découragé(e).

Quoi qu’il arrive, donnez-vous à fond. Écoutez le formateur. Appliquez ses remarques. C’est normal de se tromper en phase d’apprentissage. Vous avez le nez collé sur vos propres erreurs, mais je peux vous assurez que les autres aussi font des erreurs. Et qu’ils sont trop occupés à se tromper eux-mêmes pour vous regarder.

Et surtout, relativisez!

Cela arrive à tout le monde d’être déconcentré, ou de ne pas saisir une explication. Si un mouvement n’est pas clair, n’hésitez pas à poser la question au maître à danser. Vous n’êtes sans doute pas seul(e) dans cette situation. Veillez cependant à ne pas inonder le professeur de question, et à écouter les questions des autres. Elles peuvent vous servir aussi.

Je rappelle à l’occasion que, se tromper, c’est historique. Et cela arrive à tout le monde! Ce n’est pas la fin du monde. L’article sur les caricatures de quadrille le rappelle bien.

Le stage est aussi une occasion de socialiser avec les autres danseurs, les organisateurs, le chorégraphe, etc. N’hésitez pas à aller vers eux, en particulier si vous êtes un peu timide ou si vous ne connaissez personne. C’est l’occasion de faire de belles rencontres !

Le maître de danse allemand
Le maître à danser sous l’Ancien Régime.
James Gillray, The German Dancing Master, G. Humphrey, 5 avril 1782, Londres.

Conclusion

Ma conclusion sera très courte : les stages, oui !

La version développée : les stages sont une expérience très bénéfique pour tout le monde, du danseur débutant au professeur de danse aguerri.

La clé, c’est de choisir le bon stage. Ensuite, une bonne préparation mentale (se fixer des objectifs clairs) et matérielle (ne pas oublier ses chaussons, par exemple) vous permettra de profiter au maximum de ce moment de rencontre, de partage, de travail sur soi qu’est le stage de danse.

Et quel que soit le stage que vous choisirez : amusez-vous !

Quelle est votre expérience des stages de danse? Avez-vous pris d’autres critères en compte pour vous décider? Quels conseils donneriez-vous à un danseur qui perd ses moyens pendant un stage? Je suis toujours intéressée d’entendre vos avis et retours d’expérience… Même s’ils sont différents des miens!

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “6 critères pour choisir le stage de danse qui vous propulse au sommet !”